Vous êtes ici : Accueil > Équipe IMAPEC > La skutterudite PrOs4Sb12 : supraconductivité et corrélations

Marie-Aude Méasson

La skutterudite PrOs4Sb12 : supraconductivité et corrélations

Publié le 8 décembre 2005


Thèse soutenue le 08 décembre 2005 pour obtenir le grade de docteur de l'Université Joseph Fourier de Grenoble - Discipline : Physique

Résumé :
La skutterudite PrOs4Sb12 est le premier composé à fermion lourd supraconducteur à base de Praséodyme. Cette thèse s'attache à répondre à plusieurs questions le concernant comme la détermination de l'intensité de la renormalisation de la masse des quasi-particules, la nature et le mécanisme à l'origine de la supraconductivité et la nature intrinsèque ou extrinsèque de la double transition supraconductrice vue en chaleur spécifique. Nous proposons une interpolation de la chaleur spécifique en phase normale en tenant compte des interactions magnétiques entre ions Pr. Nous extrayons alors un terme électronique de chaleur spécifique compris entre 300 et 750mJ/K2.mol(Pr). L'analyse du saut en chaleur spécifique à la transition supraconductrice confirme que les quasi-particules lourdes sont impliquées dans la supraconductivité et que la supraconductivité est en régime de couplage fort. Des caractérisations systématiques par chaleur spécifique, résistivité et susceptibilité indiquent que la double transition apparaît dans les meilleurs échantillons. Néanmoins nous apportons les premiers doutes sérieux sur sa nature intrinsèque, parce que nous avons trouvé plusieurs échantillons avec une unique transition étroite et parce qu'une forte dispersion dans la valeur du rapport des deux sauts en chaleur spécifique a été mise en évidence. De plus, en établissant les diagrammes de phase supraconducteurs sous champ magnétique et sous pression jusqu'à 4,2 GPa par chaleur spécifique alternative, nous montrons que les deux transitions supraconductrices Tc1 et Tc2 présentent des comportements similaires. Nous avançons l'hypothèse que le fort changement dans l'évolution des Tc sous pression au dessus de 2 GPa est dû à un changement de nature de la supraconductivité (impliquant des fluctuations puis uniquement phononique à respectivement basse et haute pression) en lien avec l'augmentation du gap de champ cristallin des ions Pr sous pression. L'analyse du second champ critique Hc2(T) montrent la présence d'au moins deux bandes supraconductrices et conclue à la nature singulet du spin des paires de Cooper. Une forte distorsion du réseau de vortex, constante avec le champ et la température, est obtenue par diffraction de neutrons. Des mesures supplémentaires ou un nouveau calcul seraient nécessaires pour trancher entre une explication basée sur la présence de zéros dans le gap supraconducteur et une analyse basée sur la topologie de la surface de Fermi en symétrie Th.

Jury :
Président : J.-L. Tholence
Rapporteur : H. Sugawara
Rapporteur : E. Janod
Examinateur : F. Bouquet
Examinateur : I. Fomin
Directeur de thèse : D. Braithwaite

Mots clés :
Fermions lourds, Supraconductivité non conventionnelle, Skutterudite, PrOs4Sb12, Diagramme de phase (P, T), Second champ critique, Chaleur spécifique, Réseau de vortex

Thèse en ligne.