Vous êtes ici : Accueil > L'UMR > Marion Gruart - Prix de thèse innovation

Prix

Marion Gruart - Prix de thèse innovation


L’Université Grenoble Alpes a récompensé le travail de thèse de Marion Gruart en lui décernant le prix de thèse de l'innovation pour sa qualité exceptionnelle. Marion Gruart est une jeune diplômée de thèse du laboratoire Pheliqs (équipe NPSC). Le sujet de recherche récompensé et développé par Marion est : Élaboration et propriétés de nanofils à base d’InGaN pour la réalisation de micro et nanoLED. Le prix sera remis lors de la « Cérémonie des docteurs » le 22 juin 2021.

Publié le 8 juin 2021
Les semiconducteurs III-N, incluant le GaN, l’AlN, l’InN et leurs alliages, font l’objet d’un intérêt grandissant pour le développement de dispositifs optoélectroniques. Leur gap direct dont l’énergie est comprise entre l’UV profond et l’IR (de 6,14 à 0,64 eV) permet d’exploiter une large gamme du spectre et ainsi viser de nombreuses applications. Depuis la réalisation des premières LED bleues à base de puits quantiques InGaN/GaN, ayant donné lieu au prix Nobel de physique de 2014, l’alliage InGaN est particulièrement étudié pour le développement des LED visibles. La fabrication des matériaux III-N par épitaxie fait cependant face à de nombreuses difficultés, incluant le large désaccord de maille entre les différents matériaux III-N, ainsi qu’avec les substrats disponibles. La thèse présentée ici s’intéresse ainsi à l’épitaxie de nano et microfils III-N pour la réalisation de structures LED visibles. En particulier, Ces travaux ont cherché à optimiser l’efficacité des LED à haute teneur en In (environ 35 % In) pour l’émission dans la gamme rouge. Cette thèse a donné lieu au dépôt de 4 brevets et à l’intégration de Marion GRUART dans l’entreprise de haute technologie Aledia.

Mots clés : Matériaux nitrures, Diodes électroluminescentes, Nanofils, InGaN, Épitaxie par jets moléculaires, Optoélectronique, Épitaxie par faisceaux moléculaires, Nanofils, Nitrure de gallium, Diodes électroluminescentes

Directeurs de thèse : Bruno DAUDIN et Bruno GAYRAL

Haut de page